terrain


terrain

terrain [ terɛ̃ ] n. m.
• 1155; du lat. terrenum, de l'adj. terrenus « formé de terre »
I
1Étendue de terre (considérée dans son relief ou sa situation). 1. sol. Terrain accidenté. Accident, plis de terrain, du terrain. La route épouse tous les mouvements du terrain. Marcher en terrain plat.
♢ (Considérée dans sa nature, son état) Bon terrain, terrain fertile. Terrain boisé. Terrain compact, léger; perméable, imperméable. Glissement de terrain. L'état du terrain (en hippisme, en football). Terrain lourd, sec. Loc. adj. TOUT TERRAIN. tout-terrain.
Collect. Acheter du terrain, deux hectares de terrain. terre.
2(1830) Géogr., géol. (généralt au plur.) Portion de l'écorce terrestre, considérée quant à sa nature, son origine ou son âge. formation. Terrains crétacés. Terrains glaciaires, alluviaux, volcaniques.
3(1690) Lieux où se déroulent des opérations militaires. Disputer le terrain. Avoir l'avantage du terrain, de la situation, de l'emplacement. Reconnaître le terrain, le champ de bataille. Le terrain conquis, perdu, repris. Spécialt Lieu où se déroule un duel. Aller sur le terrain. pré. Loc. Sur le terrain : sur les lieux mêmes du combat, sur place. — Un homme de terrain, se dit d'un scientifique, d'un commercial, d'un homme politique qui observe et agit sur les lieux mêmes de l'action. — Géologie de terrain (opposé à de laboratoire).
Fig. (Dans une lutte, une compétition, une rivalité) Gagner, perdre, céder du terrain. avancer, reculer. Regagner le terrain perdu : reprendre l'avantage. Être sur son terrain, dans un domaine familier, où l'on est à l'aise. Occuper le terrain : imposer sa présence dans un domaine, un champ d'activité. Je ne vous suivrai pas sur ce terrain, dans ce domaine, dans vos jugements. Chercher, trouver un terrain d'entente, une base, un sujet sur lequel on s'entende, lorsqu'on s'oppose. Reconnaître, préparer, tâter le terrain : s'assurer, en prenant tous les renseignements utiles, qu'on peut agir sans trop de risques.
4Méd. État d'un organisme, quant à sa résistance aux agents pathogènes ou à sa prédisposition à diverses affections. Terrain allergique.
II
1(v. 1160) UN , DES TERRAINS. Espace, étendue de terres de forme et de dimensions déterminées. emplacement, parcelle. Acheter, vendre un terrain. Un terrain cultivé, laissé en friche. « Un petit terrain humide et bas » (Balzac). Niveler un terrain. Terrain cadastré, borné, clos. Spécialt Fonds sur lequel on construit, on peut construire. Terrains à bâtir, à lotir. Terrain viabilisé. Spéculation sur les terrains. Terrain vague, vide de cultures et de constructions, dans une ville. — Terrain militaire, appartenant à l'armée.
2Emplacement aménagé pour une activité particulière. Terrain de camping. Terrain de jeu. Terrain d'exercice, de tir ( polygone) .Terrain de tennis ( 2. court) , de golf ( links) .Terrain d'aviation. aérodrome.

Terrain espace découvert réservé à l'atterrissage, au décollage et au stationnement des appareils.

terrain
n. m.
d1./d Espace de terre déterminé. Terrain de sport.
Terrain vague: espace vide et non construit au milieu d'habitations. Syn. (Louisiane) savane.
d2./d (Toujours au Sing.) Endroit où se déroulent une bataille, un affrontement.
Fig. Endroit où se déroule une activité, souvent concurrentielle.
Loc. Un homme de terrain, qui préfère les tâches concrètes aux spéculations intellectuelles, aux fonctions sédentaires.
Loc. fig. Gagner, perdre du terrain: avancer, reculer (dans une action). Chercher un terrain d'entente, un moyen de conciliation. Tâter le terrain.
d3./d Sol. Terrain caillouteux.
d4./d GEOL Couche de l'écorce terrestre. Terrains quaternaires.
d5./d Loc. adj. Tout-terrain ou tous(-)terrains: qui peut rouler partout (véhicules). Vélo tout-terrain: voir V.T.T.
d6./d MED Le terrain: l'état de l'organisme préexistant à l'apparition d'une affection donnée.

⇒TERRAIN, subst. masc.
A. — Espace plus ou moins étendu de la surface du sol. Nous courons à toute vitesse à travers les polders, c'est-à-dire à travers les terrains conquis sur l'océan (DU CAMP, Hollande, 1859, p. 2):
1. ... persuadez-vous bien que ce que vous appelez un terrain (c'est-à-dire un cube de terre et de pierre, ayant une de ses faces à la superficie de notre globe), est une masse de matière tout comme une autre, à la différence près qu'elle ne saurait changer de place en totalité. Cette différence, il est vrai, fait que comme propriété, c'est la plus difficile de toutes à conserver et à défendre...
DESTUTT DE TR., Comment. sur Espr. des lois, 1807, p. 289.
1. [Cet espace considéré du point de vue de son aspect, de sa nature]
a) [de son relief, de sa forme] Après avoir traversé (...) cette plaine jaunâtre et rocailleuse, mais fertile, nous voyons le terrain s'affaisser tout à coup devant nos pas, et nous découvrons l'immense vallée du Jourdain (LAMART., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 322). Dans la Limagne, sur un mouvement de terrain qu'on appelle une côte, on me fait distinguer le domaine de Donas-Vignas (BARRÈS, Cahiers, t. 7, 1908, p. 45).
SYNT. Relief, configuration, disposition d'un terrain; accident, bosse, courbe, crête, creux, déclivité, dénivellement, dépression, élévation, épaulement, éminence, inclinaison, inflexion, irrégularité, ondulation, pente, pli, renflement, renfoncement, repli, vallonnement de/du terrain; terrain accidenté, bosselé, descendant, houleux, inégal, onduleux, plat, tourmenté, vallonné, montagneux; le terrain s'abaisse, s'affaisse, s'aplanit, dévale, descend, s'élève, s'enfonce, se hausse, ondule, surplombe; terrain rompu en terrasses, coupé de côteaux; aplanir, niveler un terrain.
b) [de sa nature]
— [de l'état de la surface] La pente est si rapide à cet endroit et le terrain si glissant qu'on ne pouvait y descendre sans danger (DELÉCLUZE, Journal, 1824, p. 56). Avec quelle joie je saluai (...) les premiers paysans bruns parlant patois, le commencement des terrains couleur de sanguine et des genévriers de montagne (LOTI, Rom. enf., 1890, p. 263).
SYNT. Terrain compressible, dur, ferme, friable, mou, mouvant, solide, perméable, imperméable, boueux, détrempé, fangeux, humide, desséché, défoncé, miné par les eaux, marécageux, impraticable, inondé, glissant, poudreux; terrain blanchâtre, gris, jaune, jaunâtre; fermeté, perméabilité, porosité, résistivité d'un terrain; drainer un terrain.
En partic. [des roches qui le composent] Terrain caillouteux, pierreux, rocailleux, sablonneux, calcaire, crayeux, granitique, limoneux, marneux, schisteux; terrain d'alluvions. Avant d'arriver à Qadmous, on trouve pendant une demi-heure encore des terrains constitués par des laves, des trachytes (BARRÈS, Cahiers, t. 11, 1914, p. 7). Pléchéous est dominé par des terrains argileux aux lignes molles et ventrues (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 218).
AGRIC. Terrain gras, lourd, froid. Terrain argileux. Il faudrait toujours six bœufs pour retourner un terrain lourd (ALAIN, Propos, 1934, p. 1204). Terrain maigre, chaud. Terrain généralement calcaire. Les terrains chauds sont généralement secs et légers, de nature soit siliceuse, soit calcaire (CARRIÈRE, Encyclop. hortic., 1862, p. 98). Le cep aime le terrain maigre, graveleux et avare. Le fumer et l'alourdir est une erreur (PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 58).
HIPP. [Selon l'humidité du terrain] Terrain sec, léger, souple, collant, lourd (GDEL).
— [de sa fertilité, de la végétation qui le couvre] Terrain aride, désolé, dénudé, pelé, ingrat, pauvre, calciné, brûlé; terrain boisé, buissonneux, herbu; terrain de broussailles. Dans les terrains fertiles, dont la température est douce, les sens épanouis par une nature riante (...) sont toujours ouverts aux impressions agréables (CABANIS, Rapp. phys. et mor., t. 2, 1808, p. 211). On avait quitté la grand'route pour couper à travers des terrains incultes, des landes sablonneuses plantées de petits bois de pins (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 79).
c) GÉOL. Ensemble des roches qui composent un sol, considérées du point de vue de leur âge, de leur formation, de leur structure, de leurs constituants. Les environs de Falaise, comme tous les terrains jurassiques, devaient abonder en débris d'animaux (FLAUB., Bouvard, t. 1, 1880, p. 84). Une portion considérable de l'histoire de la vie nous est dérobée par la métamorphisation presque complète des terrains primitifs (J. ROSTAND, La Vie et ses probl., 1939, p. 162).
SYNT. Étude, observation d'un terrain; coupe de terrain; terrain plissé, stratifié; terrain glaciaire, volcanique, pélagique, sédimentaire; terrain antécambrien, primaire, secondaire, tertiaire, quaternaire; terrain dévonien, permien, carbonifère, crétacé; affaissement, déformation, déplacement, glissement, plissement, tassement de/d'un terrain; érosion d'un terrain.
— [À propos du sol d'autres corps célestes] Il est regrettable qu'on ne puisse pas analyser d'ici la composition chimique des terrains lunaires (FLAMMARION, Astron. pop., 1880, p. 192).
P. métaph. Des souvenirs enfouis, stratifiés dans les terrains profonds de la vie, réapparaissaient brusquement (DRUON, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 42).
d) Locutions
Loc. verb.
Avoir (ou verbes du même parad.) le sens du terrain. Savoir en discerner rapidement les particularités pour en tirer parti, avancer aisément. Il possédait à l'aigu le sens du terrain, ce coup d'œil jeté dans l'espace, qui est le propre du cavalier (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p. 218). Il faut avoir recours à l'invention de procédés spéciaux, quand il s'agit de fouilles dans le boyau d'une caverne, dans le fond d'un lac ou de la mer, dans les tourbes d'un marécage. Qu'il faille du doigté, un œil exercé, de l'habileté manuelle, le sens du terrain (...), cela va de soi (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 267).
Dévorer le terrain. Aller très vite. Nous allions un train d'enfer, nous dévorions le terrain, et les vagues silhouettes des objets s'envolaient à droite et à gauche avec une rapidité fantasmagorique (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 57).
Tâter le terrain. S'assurer de la fermeté du sol pour avancer. C'était de vastes plaines grasses, des lieues couvertes d'une végétation drue, bleuies de loin en loin du miroir clair d'un petit lac. Alors, l'homme (...) n'avançait plus qu'en tâtant le terrain, ayant failli mourir, enseveli sous une de ces plaines riantes qu'il entendait craquer à chaque pas (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 692). Au fig. Infra B 1.
Loc. adj. Tout(-)terrain, tous terrains
[En parlant d'un véhicule, d'un pneu] Qui est conçu pour rouler sur n'importe quel terrain accidenté, meuble, détrempé. Véhicule tous terrains; vélo tout terrain (abrév. V.T.T.). En privilégiant tour à tour tenue de route, confort ou longévité, on a diversifié les modèles. Pneu neige, pneu tout-terrain (L'Express, 20 juin 1977, p. 93, col. 2). Une nouvelle moto tout-terrain de marque Yamaha (Le Point, 5 sept. 1977, p. 5, col. 3). [P. méton.] Bernard et Claude Marreau, deux frères bien connus des « routards », organisent des stages de mécanique et de conduite tout-terrain (Le Point, 5 sept. 1977, p. 22, col. 4).
Empl. subst. masc. ou fém. Type de véhicule ainsi conçu. Partez sur les pistes de l'aventure avec une tout terrain (Le Point, 14 juin 1976, p. 51, col. 1). Mais qu'est donc au juste (...) ce P4 qui s'arroge l'immense honneur de se substituer à la Jeep? (...) C'est un tout-terrain apparemment bien semblable à l'ancêtre (Le Point, 2 mars 1981, p. 104, col. 2). [À valeur de coll.] Au masc. Activité, sport qui se pratique avec ce véhicule. Dans l'équipe BMW-Le Point, chaque pilote a son mécano. Celui d'Auriol, Helmut Pohl, 32 ans, titulaire d'une licence internationale pour le tout-terrain, est une sorte de docteur ès motos (Le Point, 19 janv. 1981, p. 78, col. 3).
P. anal. Qui convient à n'importe quel lieu, à des circonstances variées. Chaussures, matériel tout-terrain. Vêtement tout-terrain par excellence, le survêtement change de couleur en quittant le stade (L'Express, 15 août 1977, p. 74, col. 3).
[En parlant d'un animé] Une seule blessure est à redouter pour cet animal tout-terrain; une déchirure au pis. Que l'infection s'y mette et la chèvre est bonne « pour la casse » (Le Sauvage, 1er oct. 1976, p. 83, col. 2). 54 patrouilles de trois cavaliers (...) sillonnent pendant trois à quatre heures d'affilée les trois secteurs de ces bois [de Boulogne et de Vincennes]. Silencieux, rapides et tout terrain, ces équipages sont chargés entre autres de débusquer l'exhibitionniste, de surprendre le voleur à la roulotte (Le Point, 31 mars 1980, p. 85, col. 1).
Au fig. Qui convient à, qui est adapté à des activités, des nécessités, des situations multiples et variées; qui connaît tous les domaines. Grande causeuse, journaliste tout terrain, souvent appelée d'urgence sur les hauts lieux de l'histoire (Elle, 14 juin 1976, p. 4, col. 1). Des films chers, coûtant entre 8 et 10 millions de dollars, visant à la réussite tout terrain (Le Point, 19 sept. 1977, p. 138, col. 3).
2. [Cet espace considéré par rapport à sa destination, aux activités qu'on y exerce]
a) ) Au sing. Lieu où se déroulent des opérations militaires. Synon. champ de bataille (v. champ1). Deux généraux qui, la veille d'une bataille, évaluent toutes les chances, examinent le terrain (BALZAC, Honorine, 1843, p. 372). Compte tenu de l'inexpérience d'une grande partie des troupes anglo-saxonnes et de l'avantage que donnera à l'ennemi l'organisation préalable du terrain, il faudra disposer, au départ, d'au moins 50 divisions (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 8).
SYNT. Attaquer en terrain libre; traverser n mètres de terrain découvert; opérer sur un terrain difficile; organiser le terrain occupé; aménager le terrain en vue de la défense; déplacer le terrain d'attaque; avoir l'avantage du terrain; abandonner le terrain; céder, perdre du terrain; reperdre le terrain conquis/gagné; s'accrocher au terrain; ne pas céder un pouce de terrain; défendre le terrain pied à pied; conquérir, reconquérir, tenir le terrain; gagner du terrain; regagner le terrain perdu; occuper le terrain; le feu balaye le terrain; une mitrailleuse bat le terrain; terrain couvert de morts; n morts restent, demeurent sur le terrain.
Nettoyer le terrain. Éliminer l'ennemi. Ils disent que le Boche s'est déchaîné sur Verdun (...) qu'il a cru tout casser, tout briser, tout tuer et s'avancer l'arme à la bretelle sur un terrain nettoyé, qu'il a trouvé à qui parler au lieu des morts qu'il pensait fouler (BORDEAUX, Fort de Vaux, 1916, p. 34).
Ratisser le terrain. Le fouiller méthodiquement pour chasser ou capturer les ennemis ou pour rechercher quelqu'un. Ils tendent entre deux postes un rideau de rabatteurs et « ratissent » le terrain, silencieusement (DORGELÈS, La Drôle de guerre, 1957 ds ROB., s.v. ratisser).
Reconnaître le terrain. Vérifier la présence de l'ennemi, prendre connaissance de ses positions. Quand on va charger, chacun peut se dire: « Cette fois, j'y reste! » Cela dura bien cinq ou six minutes, on racontait que le général Margueritte était allé en avant, pour reconnaître le terrain. On attendait (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 319).
Être/rester maître, avoir la maîtrise du terrain. Avoir repoussé l'ennemi. Les maquisards sont les maîtres du terrain dans les Alpes, l'Ain, la Drôme, l'Ardèche, le Cantal, le Puy-de-Dôme, ce qui ne peut qu'accélérer la progression des généraux Patch et de Lattre (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 316). P. anal. Déjà M. Rezeau regrettait ses cris (...). Il battit en retraite, tels ces généraux vainqueurs qui ne savent exploiter un succès provisoire. Restée maîtresse du terrain, Folcoche eut le soin de ne pas se venger trop vite (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 70).
P. anal.
Être en terrain conquis. Ne rencontrer aucune résistance. Cette idéologie n'a pas rencontré en Russie une pensée déjà constituée, alors qu'en France elle a dû lutter et s'équilibrer avec le socialisme libertaire. En Russie, elle était en terrain conquis (CAMUS, Homme rév., 1951, p. 188).
Se conduire comme en terrain conquis. ,,Considérer que tout est à soi, se conduire brutalement`` (Lexis 1975).
♦ [Dans une course, une compétition] Gagner, perdre du terrain.
Disputer le terrain. L'abbé (...), bien appuyé par son frère le notaire, disputait vivement le terrain à la financière, et tentait de réserver le riche héritage à son neveu le président (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 22).
) Espace servant aux exercices. Terrain militaire; terrain d'exercices, de manœuvres. En raison des difficultés de l'exécution des tirs en plein champ et de l'impossibilité, aux manœuvres, de pénétrer dans des propriétés privées, les troupes avaient besoin de vastes terrains aménagés spécialement (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 49). P. métaph. La critique trouve une grande satisfaction à voir la littérature s'avancer par escouades sur le terrain de manœuvres, et la tirer d'incertitude par des manifestes explicatifs et des commentaires didactiques (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 139).
) Lieu où se déroulait un duel. — Croyez-vous qu'il soit des cas où un homme insulté puisse faire autrement qu'aller sur le terrain? Armand tressaillit.Un duel! fit-il (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 373). Olivier (...) déclarait à voix haute que, si Dhurmer ne se trouvait pas satisfait, il était prêt à le gifler encore; et, résolu à mener l'autre sur le terrain, demandait à Bernard et à Bercail de bien vouloir lui servir de témoins (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1174).
b) Espace délimité utilisé à diverses fins, aménagé pour certaines activités. Terrain de promenade; terrain d'épandage. Ces terrains de décharge hors des grandes villes, où chaque matin l'on repousse tout ce que le jour précédent a amassé d'épluchures et de détritus (CLAUDEL, Poète regarde Croix, 1938, p. 53).
Terrain (d'aviation, d'atterrissage). Espace découvert, plan réservé au décollage, à l'atterrissage, au stationnement des avions. Rivière, responsable du réseau entier, se promenait de long en large sur le terrain d'atterrissage de Buenos-Aires. (...) jusqu'à l'arrivée des trois avions, cette journée, pour lui, restait redoutable (SAINT-EXUP., Vol nuit, 1931, p. 85). L'hôtel de Hyères-Plage, que n'avait pas encore rendu inhabitable la proximité immédiate d'un terrain d'aviation, avec ce qu'il comportait de départs et d'arrivées à toute heure de jour et de nuit (GIDE, Ainsi soit-il, 1951, p. 1237).
Terrain de fortune. Terrain non prévu pour cet usage. Un monomoteur léger, partant d'une base anglaise, se posait après deux heures de vol sur un terrain de fortune au centre de la France (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 167).
Prise de terrain. ,,Ensemble des manœuvres à effectuer par un avion avant de se poser sur la piste`` (GDEL).
Terrain de camping. Espace équipé pour recevoir des campeurs. Le classement des terrains de camping aménagés en diverses catégories sera établi par le préfet de chaque département (JOCARD, Tour. et action État, 1966, p. 153).
Terrain de chasse
Espace qu'un animal parcourt pour chercher ses proies. Depuis longtemps elle [la taupe] explorait en vain les longs corridors de son terrain de chasse pour n'y rencontrer que trop rarement la proie convoitée et facile: insecte ou ver dévoré sur place (PERGAUD, De Goupil, 1910, p. 77).
Étendue de terres réservée à la chasse à certaines périodes. Il y a des terrains de chasse plus favorables suivant les saisons; il y a des sites privilégiés de pêcherie (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 277).
P. anal. Lieu où l'on recherche quelque chose. Les boutiques des brocanteurs (...) deviennent (...) mes terrains de chasse (ARNOUX, Double chance, 1958, p. 31).
Terrain de jeux. Espace aménagé pour que les enfants puissent y jouer. Un terrain de jeux bien aménagé suppose la présence d'un surveillant. Ce dernier se gardera cependant d'interdire les jeux sportifs et les luttes entre les enfants (BECQUET, Organ. loisirs travaill., 1939, p. 82).
Terrain d'aventure(s). Espace clos où les enfants à qui l'on fournit des matériaux jouent, construisent, jardinent sous la surveillance d'un animateur. Point de parents heureux sans enfants comblés; ces derniers se voient donc promettre un terrain d'aventure et un véritable village miniature pour « jouer, découvrir et inventer » [au Bourgenay en Vendée] (Le Monde loisirs, 6 juill. 1985, p. XVI, col. 6).
Terrain (de sport). Espace délimité, aménagé pour la pratique des sports. Terrain de golf, de basket-ball, de volley-ball, de rugby. C'est sous les gradins du terrain de football de l'Université que se monte dans le plus grand secret l'édifice à base de graphite et d'uranium auquel Fermi va donner le nom de pile atomique (GOLDSCHMIDT, Avent. atom., 1962, p. 36). Milieu de terrain. ,,Se dit des deux ou trois demis qui font la liaison entre les arrières et les avants`` (PETIOT 1982).
ÉQUIT. Piste qu'on fait suivre à un cheval pour l'entraîner. [En parlant d'un cheval] Couvrir du terrain. ,,Avoir des allures très étendues`` (GDEL).
Au fig. Le terrain. Les activités concrètes. Avoir l'expérience du terrain; problème, organisation du terrain. Les électeurs (...) veulent un pasteur, un homme du terrain qui ait une expérience pratique du contact avec les hommes dans un diocèse. Cela éliminerait deux cardinaux qui semblaient papabili en août: Mgr Paolo Bertoli, dont l'expérience est surtout diplomatique, et Mgr Pericle Felici, grand juriste (L'Express, 7oct. 1978, p. 142, col. 1). Dans bien des sociétés (...), le parcours obligatoire des futurs managers passe par la rude école de la vente (...). L'épreuve du « terrain » sélectionne alors les futurs responsablesqualités humaines et sens du contact de rigueur (L'Express, 29 mai 1981, p. 86, col. 2).
c) Locutions
Sur le terrain. Sur les lieux que l'on étudie, où se situe ce que l'on étudie, où se situe l'action; au contact des problèmes concrets, des réalités (par opposition au laboratoire, au bureau). Enquête, étude, inspection sur le terrain; poste de direction sur le terrain. Les enquêteurs sur le terrain (...) sont toujours exposés à confondre les théories des indigènes sur leur organisation sociale (...) et le fonctionnement réel de la société (LÉVI-STRAUSS, Anthropol. struct., 1958, p. 144). La Grande-Bretagne de son côté complète ces cours théoriques [de langues] par des stages sur le terrain, notamment au Liban, au Japon et à Hong-Kong (CHAZELLE, Diplom., 1962, p. 106).
Loc. adj. De terrain
[En parlant d'une science, d'un emploi] Qui se fait, qui met en contact avec la réalité concrète. Géologie, activité de terrain. La botanique de terrain, conçue non plus comme agrément, mais en tant que science de base, tant pour la biologie que pour l'ethnologie ou l'économie (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 770). [Un inspecteur des ventes] conçoit et applique une politique commerciale dynamique, anime le réseau de distribution, assure personnellement les contacts avec les caves coopératives et les grossistes spécialisés. Ce poste de terrain implique des déplacements permanents (L'Express, 6 sept. 1980, p. 155, col. 2).
♦ [En parlant d'une pers.] Qui se rend sur place, pour étudier, travailler, qui est en contact avec la réalité concrète (par opposition à l'homme d'étude, au théoricien). Les ornithologistes de terrain conçurent les premiers la notion de territoire (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 695). Le candidat devra être à la fois un homme de terrain pour réaliser des missions de recrutement, de formation et d'animation des forces de vente, ainsi que de réflexion pour formaliser la politique commerciale en terme de marché, produits et publicité (L'Express, 28 juill. 1979, p. 67, col. 2).
d) P. ext. Tout lieu. Elle examina le terrain en s'asseyant, et se trouva dans une de ces soirées choisies, peu nombreuses, où les femmes peuvent se toiser (BALZAC, Employés, 1837, p. 209). Des chaises que le garçon va entasser sur les tables autour de l'estrade pour préparer le terrain au balayeur (ANOUILH, Sauv., 1938, I, p. 160).
Concurrencer qqn sur son propre terrain. Concurrencer quelqu'un là où il est établi. Les pays gros consommateurs de bière (...) sont eux-mêmes équipés pour la fabrication et il est très dur de les concurrencer sur leur propre terrain (Industr. fr. brass., 1955, p. 25).
Terrain neutre. Lieu où des adversaires oublient leurs conflits. Je n'aurais pas quatre chats, si je choisissais mes invités dans un parti! Puis nous aimons l'esprit partout où il se trouve (...) Mon salon est un terrain neutre; retenez bien cela, Mouret; oui, un terrain neutre, c'est le mot propre (ZOLA, Conquête Plassans, 1874, p. 939). Ces galeries mènent à un rond-point, où les Lords rencontrent les Communes: cet utile terrain neutre entre la Chambre haute et la Chambre basse est malheureusement inconnu en France (MORAND, Londres, 1933, p. 226).
3. a) Espace de terre considéré comme un bien. Acheter, vendre un/du terrain, un morceau de terrain; cherté, hausse (du prix) du terrain; un terrain prend de la plus-value; spéculer sur les terrains; terrain borné, cadastré; terrain à bâtir, non-bâti, constructible; lotir un terrain; terrain privé, communal. Il achète des terrains nus sous son nom, puis il y fait bâtir des maisons par des hommes de paille (BALZAC, Goriot, 1835, p. 254):
2. — (...) Ce terrain enclavé, les cultivateurs voisins, qui l'emploient comme dépotoir, l'abordent par leur terre; mais il n'y a pas de servitude sur eux. — Mon garçon, c'est du terrain à bâtir... Et puis, il n'y a pas d'exemple qu'on ne puisse pas entrer chez soi. — (...) Ce terrain jouit en effet d'une servitude ancienne sur le fonds de M. Givry...
DUHAMEL, Terre promise, 1934, p. 140.
En partic. Concession dans un cimetière. En vous promenant dans cet élégant cimetière, vous verrez un terrain acheté à perpétuité, où s'élève une tombe de gazon (BALZAC, Illus. perdues, 1839, p. 242).
b) Étendue de terres destinées aux activités agricoles. Amender, défricher, fumer, labourer, nettoyer, sarcler, irriguer un terrain; planter un terrain en vignes, en blé; terrains agricoles; terrain cultivé, mis en prairie, planté d'arbres. À la fin du XVIe siècle, la région se composait de terrains maraîchers que la Seine recouvrait de limons pour peu qu'elle débordât (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 109). Ce système [l'assolement triennal] prévaut dans les terrains céréaliers de l'Allemagne du Sud; il apparaît même sur les bordures des terrains plus pastoraux (MEYNIER, Paysages agraires, 1958, p. 150).
Terrains de parcours
Espaces utilisés par les peuples nomades. Il ne faut rejoindre la route de Timassao à Tombouctou (...) [que] vers l'oued Telemsi. Là, cessent les terrains de parcours des Touareg du Hoggar et commencent ceux des Touareg Aouelimiden (BENOIT, Atlant., 1919, p. 287).
Ensemble de parcelles sur lesquelles les troupeaux peuvent aller quand les récoltes sont enlevées. Ce texte (...) faisait obligation aux communes d'assainir et d'ensemencer ou planter en bois, à leurs frais, les terrains communaux soumis à parcours de bestiaux, et prévoyait la vente ou la location de parcelles ainsi assainies et susceptibles d'être mises en culture (Forêt fr., 1955, p. 32).
Terrain vague. Espace non bâti, non cultivé. Je découvrais [de la fenêtre] le jardin que fermait une muraille, puis un grand terrain vague déprimé par une fondrière où l'on venait, de loin, jeter des ordures et des plâtras, puis des champs cultivés (DUHAMEL, Terre promise, 1934, p. 133).
B. — P. métaph. ou au fig.
1. [P. réf. au terrain en tant que lieu, support] Plan où on se situe, où on situe quelque chose, domaine d'une activité, sujet d'une étude, d'une réflexion, d'une conversation.
Terrain + adj. exprimant une qualité, une particularité. Terrain dangereux, miné. La physiologie n'est pas une science exactement définie (...). En un mot, c'est un terrain mouvant, sur lequel plusieurs sciences se disputent et sur lequel on ne sait jamais si l'on tient la vérité ou l'erreur (Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p. 92). Je doutais que Sacha Guitry, Flers et Caillavet, Capus, Tristan Bernard fussent (...) nocifs. Je me risquai en terrain interdit. Je m'enhardis jusqu'à aborder Bernstein, Bataille (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 111).
Terrain brûlant. Sujet qui soulève les passions, qu'il faut aborder avec prudence. — (...) Qui nous dit que le régime qui suivra celui-ci confirmera les engagements de son prédécesseur?C'est l'évidence, voyons, c'est l'évidence! reprit vivement l'orateur. On sentait qu'il avait hâte de quitter un terrain si brûlant et préférait passer sur l'insolence plutôt que de paraître la comprendre (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 292).
Terrain glissant. Affaire, situation délicate dans laquelle on risque de commettre des impairs. V. glissant II B ex. de Goncourt et de Dorgelès.
Terrain neutre. Sujet qui ne risque pas de déchaîner les passions. On causa beaucoup philosophie, terrain neutre en comparaison de celui de la politique (SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 421).
Terrain + subst. évoquant une action. Terrain d'étude, d'expérience, de recherches. L'épiphénoménisme, doctrine absurde et démodée, mais qui constitue encore un bon terrain d'exercice pour la philosophie (RUYER, Esq. philos. struct., 1930, p. 165). [L'Action Française] se trouvait ainsi privée du support qu'avaient constitué pour elle (...) la méfiance, le dédain de la grosse bourgeoisie, du Capital et de l'Église pour une République impie, fille de la défaite et de la Révolution. L'A.F. devait ou bien périr ou bien se trouver sans retard un terrain d'opérations nouveau (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 25). Terrain d'entente.
Terrain + déterm. désignant un domaine, le plan où se situe, où l'on situe quelque chose.
Terrain + subst. Terrain des faits, des idées, de l'expérience, de la réalité, du bon sens, du droit, du juste, de la plaisanterie, des affaires, de la politique, de la physique, de la métaphysique. La difficulté commençait, lorsqu'il s'agissait, en présence de ces faits multiples (...), de formuler la théorie qui les expliquât tous. Là, il se sentait sur ce terrain mouvant de l'hypothèse, que chaque nouvelle découverte transforme (ZOLA, Dr Pascal, 1893, p. 38). L'Américaine aux cheveux roses se refusait en effet, sur le terrain de la doctrine, à admettre la confession secrète. Elle prônait la confession publique (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p. 177).
Terrain + adj. Terrain doctrinal, diplomatique, financier, industriel, historique, légal, mystique, moral, philosophique. J'entendis une voix qui (...) dit: « Je ne suivrai pas M. de Vigny sur ce terrain catholique, je ne suis pas théologien comme lui (...) » (VIGNY, Journal poète, 1860, p. 1352). Le socialisme français se préparait donc à porter la lutte sur le terrain parlementaire (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 429).
Loc. verb.
Déblayer le terrain.
Étudier, reconnaître, sonder, tâter le terrain. Essayer de se faire une idée d'une situation, de l'état d'esprit d'une personne avant d'agir. Au premier abord, le barreau ne me déplut pas. J'aimais l'éloquence (...). Afin de reconnaître le terrain, j'allai avec Fontanet à la Faculté de droit (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 432). M. de Charlus ne pensait plus au but de sa phrase, qui était de tâter le terrain pour savoir si, comme il le désirait, Morel consentirait à venir avec lui à Paris (PROUST, Sodome, 1922, p. 1073). V. sonder I B 1 ex. de Stendhal.
Miner le terrain. Travailler (en secret) à rendre peu sûre la situation de quelqu'un. Mon adversaire jouissait dans l'arrondissement de l'estime générale; seulement, il avait le tort de s'endormir sur l'oreiller de ses succès antérieurs. Il fallait profiter de ce sommeil, miner sourdement le terrain sur lequel le député de l'opposition se croyait solidement assis (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 320).
Préparer le terrain. Préparer les choses, les esprits pour atteindre le but qu'on s'est fixé. Il faut que je traite d'abord de la notion de l'exercice en littérature. Le terrain est préparé par le paragraphe déjà rédigé qui immédiatement précède (DU BOS, Journal, 1927, p. 329). J'avais d'abord songé à préparer le terrain par quelques manœuvres d'approche. Mais je me suis décidé pour la lettre unique. Telle que je crois la connaître, préférable avec elle d'aborder les questions de front (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 935).
2. [P. réf. au sol en tant qu'il porte la végétation]
a) Ce qui favorise ou non la naissance, le développement de quelque chose. La galanterie, cette fleur volcanique et musquée pour qui le cerveau bouillonnant des poëtes est un terrain de prédilection (BAUDEL., Hist. extr., 1856, p. XXIV). La jeunesse, et particulièrement la jeunesse bourgeoise, est un terrain d'ensemencement incomparable pour la propagande chauvine (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 139):
3. ... M. Gide aboutit en fin de compte, à une doctrine singulière, malaisément définissable, où la greffe orientale fleurissant sur un terrain protestant et germanisé, fait éclore ce bizarre produit de manichéisme et de gnosticisme, qu'il nous présente comme la véritable doctrine évangélique.
MASSIS, Jugements, 1924, p. 64.
b) MÉD. Ensemble de facteurs constitutionnels ou acquis qui, dans un organe, un individu, un groupe, peuvent favoriser l'apparition, le développement d'une maladie. Terrain hystérique, nerveux, névrosé; terrain allergique. La phtisie n'est pas héréditaire, mais (...) les parents phtisiques lèguent seulement un terrain dégénéré, dans lequel la maladie se développe, à la moindre contagion (ZOLA, Dr Pascal, 1893, p. 48). Aujourd'hui, psychiatres et neurologues reconnaissent volontiers que la navette entre le corps et l'esprit est incessante, qu'il y a un rapport certain entre la cause extérieure et la « qualité du terrain »: tout le monde ne tombe pas en dépression parce qu'il ne s'entend pas avec son chef de service (Le Point, 5 mars 1979, p. 79, col. 3).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694; 1694-1740: terrein; 1778: terrain; 1798-1878: terrain ou terrein; 1935: terrain. V. aussi LITTRÉ: terrain: ,,Voy. terrein, orthographe meilleure, le mot venant de terrenus``. Étymol. et Hist. 1. 1155 terrein « terre ferme » (ici opposé à « sable du rivage de la mer ») (WACE, Brut, éd I. Arnold, 13109), supplanté par terre; 2. 1155 terrain « lieu où se déroule un combat » (ID., ibid., 1108); 1646 prendre, gagner du terrein (sur un adversaire au combat) (ABLANC[OURT], Ar[rien] Guerres d'Alexandre, 1. C 5 ds RICH. 1680); 1846 aller sur le terrain (pour un duel) (BESCH.); p. ext. 3. 1671 fig. « conditions particulières dans lesquelles se déroule une activité » (SOREL, De la connoissance des Bons livres, Paris, André Pralard, 408, v. BRUNOT t. 4, p. 584); 1676 conoistre le terrain (BENSERADE, Métamorphoses, p. 113); 4. 1671 terrein « nature du sol à un endroit donné » (POMEY); 5. 1678 terrain « espace aménagé pour une activité particulière » (GUILLET 1re part.: Terrain est l'espace du Manege par où le Cheval marque sa piste); 1901 jeux de ballon (L'Auto-Vélo, 11, 2 ds PETIOT); 1918 aéronaut. terrain d'atterrissage (H. BORDEAUX, Le Chevalier de l'air. Vie héroïque de Guynemer, chant I, II, p. 48 ds QUEM. DDL t. 16); 1935 terrain de jeu (pour un alpiniste) (Sir Leslie STEPHEN. Traduction et introduction de C. E. Engel. Cité in La Montagne, numéro 271, juill., p. 273, ibid. t. 27); 6. 1828 géognosie (LAV.); 1835 géol. (Ac.). D'un lat. pop. terranum issu par substitution de suff. de terrenum « sol », spéc. « sol cultivable » neutre subst. de l'adj. terrenus « relatif à la terre », « relatif au sol », « de la nature de la terre (p. oppos. aux pierres) », dér. de terra « terre »; la forme terrein encore mentionnée ds LITTRÉ a été longtemps maintenue d'apr. le lat. Fréq. abs. littér.:4 248. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 4 679, b) 6 136; XXe s.: a) 5 442, b) 7 513. Bbg. QUEM. DDL t. 16, 27, 37, 40.

terrain [tɛʀɛ̃] n. m.
ÉTYM. 1155; du lat. terrenum, neutre substantivé de l'adj. terrenus « formé de terre », par substitution de suffixe, de terra. → Terre. REM. On a tenté au XVIIe s. (Richelet, Vaugelas, Académie) de restituer une orthographe étymologique terrein, que Littré préfère.
La surface de la terre (II., 4.) considérée dans sa forme ou dans ses qualités; portion déterminée de cette surface destinée à un usage particulier.
———
I
1 Étendue de terre (considérée dans son relief ou sa situation). 2. Relief (II., 2.), 2. sol. || Terrain plat (→ Fuyant, cit 10), accidenté (→ Éparpiller, cit. 19). || Accidents, mouvements (cit. 30), plis (cit. 5), replis de terrain, du terrain (→ aussi Humaniser, cit. 9; îlot, cit. 2; mamelonné, cit.; montée, cit. 9) : les collines, montagnes, vallées, ravins, ressauts, etc. Vallonnement. || Élévation de terrain. Hauteur, montagne. || En terrain plat (→ 1. Flamme, cit. 8), vallonné… || Étude géographique, morphologique, topographique du terrain. || Portion de terrain dessinée sur la carte (→ Patrie, cit. 7).Terrain uni, aplani artificiellement ( Esplanade, terrasse, terre-plein…).
Vx (abstrait). Espace.Dévorer le terrain (→ Enfer, cit. 21) : aller très vite. — ☑ Loc. mod. Gagner, perdre du terrain (dans une course, une poursuite).
1 — Ils approchent ! Ils approchent ! — Eh ! le premier perd du terrain. — Non, il regagne maintenant.
A. Jarry, Ubu roi, II, 7.
(Collectif, dans sa mesure pour l'appropriation). Espace, surface utilisée pour construire (→ ci-dessous, II.). || Le prix du terrain (→ Commencer, cit. 5; pièce, cit. 27). || Mille mètres carrés de terrain.
2 (XVIIe). Nature des terres (I., 2. et 3.), du sol à un endroit donné. || Bon terrain, terrain fertile. || Le terrain est trop pauvre. || Examiner le terrain. || Terrain argileux, calcaire, crayeux, siliceux; compact, léger. || Terrain glissant; glissement (cit. 5) de terrain. || Terrain détrempé d'un marais. || S'enfoncer (cit. 22) dans les terrains mouvants. || Terrain croulier. || Terrains rapportés (cit. 15).En parlant du sol d'un « terrain » au sens 3. || L'état du terrain (en hippisme, en football). || Terrain lourd, collant, sec; bon terrain.Géogr. || Terrains perméables, imperméables (→ Écoulement, cit. 1). || Terrains d'alluvion…
Loc. adj. Tous terrains, se dit d'un véhicule capable de rouler sur toutes sortes de terrains (au sens 1 : terrains accidentés; et au sens 2 : terrains détrempés, boueux…). On écrit aussi tout terrain, tout-terrain. Tout-terrain (à l'ordre alphab.).
1.1 Bullit se tenait tête nue près de sa voiture, une Land Rover tout terrain (…)
J. Kessel, le Lion, p. 56.
3 Au sing. (1690). Lieux où se déroulent des opérations militaires. Pays (vx). || Disputer le terrain (→ Place, cit. 4).Avoir l'avantage du terrain, de la situation, de l'emplacement.Reconnaître le terrain, le champ de bataille. || La maîtrise (cit. 5) du terrain. || Le terrain conquis (cit. 10), perdu, repris. || Disputer (II., 1.) le terrain. || Nous ne céderons pas un pouce de terrain. || Ratisser (cit. 5) le terrain.
Spécialt. Lieu où se déroule un duel. || Aller sur le terrain (cf. Sur le pré).
Loc. Sur le terrain : en se rendant sur les lieux mêmes du combat, et, par ext., sur place (→ Causse, cit. 1).Enquête sur le terrain, au plus près de la réalité à observer.
Spécialt (de l'expr. sur le terrain). || Le terrain : le lieu même de l'action. — ☑ Loc. … de terrain. || Travail de terrain, en ethnologie, etc. || « Une quarantaine d'heures de “géologie de terrain” effectuées directement sur le fond… (de l'océan) » (la Recherche, avr. 1978, p. 317). || Un homme de terrain, qui observe et agit sur les lieux mêmes de l'action (se dit d'un ingénieur, d'un scientifique, d'un commercial, d'un homme politique, etc.).Activité de terrain.
Par métaphore, fig. Gagner du terrain ( Gagner III., 4.; et aussi avancer; progrès).Perdre du terrain. Reculer.Regagner (cit. 2) le terrain perdu : reprendre l'avantage.Disputer (cit. 11) le terrain : se défendre avec vigueur.Ménager le terrain : utiliser avec précaution, prudence, les moyens d'action dont on dispose — ☑ Se conduire comme en terrain conquis, tyranniquement, avec arrogance.
4 (1671). Fig. Les circonstances, les conditions particulières dans lesquelles se déroule une discussion, une activité. || Le terrain de qqn : le domaine où il est à l'aise.Être sur son terrain, dans un domaine familier. || Terrain favorable, défavorable (→ Ennui, cit. 28). || Je ne vous suivrai pas sur ce terrain. || Terrain de conciliation (→ Me, cit. 33), d'entente.(Par métaphore du sens 2). || Terrain fangeux (cit. 2), glissant (cit. 5). — ☑ Le terrain est brûlant : c'est un sujet qu'il vaut mieux éviter. || Céder du terrain. Concéder. — ☑ Reconnaître, préparer, sonder, tâter le terrain, l'état des choses et des esprits, avant d'agir ( Prudence; → 1. Mou, cit. 19; négociation, cit. 3). || Déblayer (cit. 5) le terrain.
2 (…) il s'est fait battre sur son propre terrain; il voulait faire parler Schneider et, finalement, c'est lui qui a mangé le morceau.
Sartre, la Mort dans l'âme, p. 217.
2.1 Faites vos questions. Si je puis y répondre, j'essaierai de contenter votre curiosité. Pour simplifier les choses, je vais même déblayer le terrain.
M. Aymé, Travelingue, p. 70.
Par métaphore, fig. Ce qui est plus ou moins favorable au développement de qqch.(XXe). Méd. État d'un organisme, d'un organe, d'un tissu, quant à sa résistance aux agents pathogènes, ou sa prédisposition à diverses affections. || Terrain psychopathique.
3 (…) le caractère de Robert Greslou, déjà dangereux par nature, avait rencontré, dans ses doctrines à lui, comme un terrain où se développer dans le sens de ses pires instincts (…)
Paul Bourget, le Disciple, V.
5 (1830). Un, des terrains. Géogr., géol. Portion plus ou moins étendue et épaisse de l'écorce terrestre, considérée quant à sa nature ( Roche), sa structure, son âge ou son origine. Formation. || Couches de terrain correspondant à une ère, une époque, un âge, un étage (spécialt, terrain d'une période [cit. 7] ou système). || Classifications des terrains en primitifs, de transition, de sédiment, de transport et volcaniques (Werner); puis en terrains primaires et secondaires (Hutton), tertiaires (Brongniart, Cuvier) et quaternaires (Desnoyers).(Nature). || Terrains carbonifères, houillers, crétacés…(Origine). || Terrains glaciaires, neptuniens, plutoniens, volcaniques… || Terrains pélagiques.
4 (La craie) forme une sorte de limite entre les terrains les plus récents, ceux auxquels on peut réserver le nom de tertiaires, et les terrains que l'on nomme secondaires, qui se sont déposés avant la craie, mais après les terrains primitifs et ceux de transition.
Cuvier, Disc. sur les révolutions…, p. 295.
———
II
1 (V. 1160). Un, des terrains. Espace, étendue de terres de forme et de dimensions déterminées. Emplacement. || Acheter, vendre un terrain. || Terrain en concession ( Concession). || Terrain cultivé; laissé en friche. || Un petit terrain humide et bas (→ Hache, cit. 11). Bas-fond. || Niveler, déniveler un terrain. || Terrain cadastré, limité, borné, clos ( Clos; et aussi fonds, parcelle).Accroissements d'un terrain. Accrue, alluvion (infra cit. 1).Spécialt. Fonds sur lequel on construit, on peut construire. || Terrains à bâtir, à lotir. || Acheter des terrains nus (→ Opération, cit. 10). || Prix des terrains, plus-value, spéculation sur les terrains.
Terrain vague, vide de cultures et de constructions, alors que les alentours sont construits ou cultivés (→ Dépotoir, cit.; loger, cit. 13; parc, cit. 5).
5 En face des usines, des terrains vagues séparaient la route et le fleuve : ils étaient semés de huttes en carton, en tôle, en fascines, où des familles vivaient dans le vent de la vallée.
P. Nizan, le Cheval de Troie, I, VI.
Terrain militaire, appartenant au domaine militaire.
2 (1690). Emplacement aménagé ou disposé pour une activité particulière. || Terrain de jeu, de sport (→ Mi-temps, cit. 1).(1912, in Petiot). || Terrain (de football, etc.).Terrain de camping.Manège, turf. Piste qu'on suit à cheval. || Terrains en pente. Calade.Milit. || Terrain d'exercice ( Champ, I., 3.), terrain de tir ( Polygone).Terrain de chasse. Chasse, parc.
Terrain d'aviation ( Camp, I., A., 3.).(1918). || Terrain d'atterrissage. Piste (→ Aviation, cit. 2). || L'avion prend son terrain (→ Gaz, cit. 8; pilote, cit. 2).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Terrain — (et) …   Kölsch Dialekt Lexikon

  • Terrain — Terrain, or relief, is the third or vertical dimension of land surface. When relief is described underwater, the term bathymetry is used. Topography has recently become an additional synonym, though in many parts of the world it retains its… …   Wikipedia

  • terrain — is best reserved for contexts in which a geographical or military assessment is being made (an uneven terrain / the peculiarities of the terrain) rather than as a simple synonym for area, ground, region, or tract. Figurative uses however can be… …   Modern English usage

  • Terrain — Sn Gelände, Gebiet per. Wortschatz fach. (17. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. terrain m., dieses aus l. terrēnum Erde, Acker , einer Substantivierung von l. terrēnus erdig, irden , zu l. terra f. Erde .    Ebenso nndl. terrein, ne. terrain,… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • terrain — 1727, ground for training horses, from Fr. terrain piece of earth, ground, land, from O.Fr. (12c.), from V.L. *terranum, from L. terrenum land, ground, from neut. of terrenus of earth, earthly, from terra earth, land, lit. dry land (as opposed to …   Etymology dictionary

  • Terrain — »Gebiet, Gelände; Boden, Baugelände, Grundstück«: Das Fremdwort wurde im 17. Jh. aus gleichbed. frz. terrain entlehnt, das auf lat. terrenum (vlat. *terranum) »Erdstoff; Erde, Acker« beruht. Das diesem zugrunde liegende Adjektiv lat. terrenus… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Terrain — (fr., spr. Terräng), 1) ein Theil der Oberfläche der Erde, welcher nicht Meer ist, als ein Ganzes betrachtet; 2) Erdgegend, Gelände, Grund, Boden; 3) in Beziehung auf dessen Tauglichkeit u. Anwendung zu einem bestimmten Zwecke, z.B. zu Gewinnung… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Terrain — (franz., spr. terräng), »Erdgegend«, Grund und Boden, besonders in bezug auf die Oberflächenbeschaffenheit, das Gelände (s. d. und Terrainlehre). – In der Geologie ist T. meist gleichbedeutend mit Formation, z. B. T. houiller:… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Terrain — (frz., spr. räng), Gelände, Gestaltung der Erdoberfläche einer Gegend, bes. im Kriegswesen hinsichtlich des Einflusses auf Stellung und Bewegung der Truppen; danach wird reines und kupiertes T. (s. Kupieren), offenes und bedecktes, ebenes und… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Terrain — (–räng), frz., Grund, Boden; im Kriegswesen die Beschaffenheit der Bodenoberfläche in Bezug auf die Ausführung von Operationen …   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.